Pointe de Verneuil : un projet de marina de 600 logements au milieu de la Base de loisirs du Val-de-Seine.

Posted by

Plusieurs projets de marina sont actuellement à étude ou en construction en Ile-de-France, comme celui de l’Isle-Adam ou celui de Cormeilles-en-Parisis (cf. l’article de Marcel Rousset-Descamps dans le numéro 190 de la revue Liaison). Il s’agit toujours de grands projets avec de belles plus-values pour les aménageurs, au détriment des cours d’eau et des zones humides. Les projets de Cormeilles-en-Parisis et de Verneuil-sur-Seine sont tous les deux portés par la société Bouygues Immobilier.

La zone appelée la Pointe de Verneuil se situe au cœur de la base de loisirs du Val-de-Seine : il s’agit en fait d’un terrain rectangulaire situé le long de la Seine entre l’étang de la Grosse Pierre et l’étang du Gallardon ; ce terrain d’une dizaine d’hectares est un ancien site industriel mais il est complétement entouré d’espaces naturels abritant des espèces remarquables. Une partie de ce terrain, la partie le long de la Seine, est classée en ZNIEFF de type I (Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique) et en zone N au niveau du Plan Local d’Urbanisme (PLU), c’est-à-dire en zone où il n’est pas possible de construire.

La Pointe de Verneuil (entourée en rouge) au milieu de l’Ile de Loisirs ; en vert, la ZNIEFF de type I sur les étangs (Vue Géoportail)

Selon Eric Grosso, de la LPO, « l’ensemble des trois étangs du Rouillard, de la Grosse Pierre et du Gallardon forme une continuité écologique indispensable aux oiseaux d’eau hivernant et notamment pour plusieurs espèces de canards, grèbes, harles et plongeons. Par ailleurs ces étangs sont reconnus comme l’un des tout premiers sites d’accueil pour les oiseaux d’eau en Basse Vallée de Seine et présentent un intérêt écologique fort d’une part, par la capacité d’accueil des plans d’eau en nombre d’oiseaux et d’autre part, par la diversité d’espèces et notamment par la présence d’espèces rares telle que la mouette pygmée cet hiver ».

Ce projet de marina sur la pointe de Verneuil est un projet ancien mais l’impossibilité de construire dans la zone classée N avait toujours bloqué les aménageurs. A l’occasion du passage du PLU au PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) adopté en janvier 2020, la communauté urbaine GPSEO a découpé la zone N pour la réduire à de simple bandes (zones NV) entre les zones constructibles (zone 1AUAb).

Le découpage de la zone naturelle inconstructible (en vert) transformée en de simple bandes (zone NV) entre les immeubles (extrait du document de concertation d’UrbanEra).

Le projet de marina porté par Bouygues prévoie 600 logements avec des immeubles R+5 et la création d’un port de 150 anneaux. Il s’agit donc de la création d’un nouveau quartier, excentré par rapport à la ville de Verneuil et conçu sans concertation avec la population qui préfère l’intégration complète de cette zone à la Base de Loisirs, comme prévu initialement dans le SDRIF.

Lors de la campagne des élections municipales, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’état auprès du ministre à la transition écologique s’est rendue sur le site pour prendre connaissance du projet. Nous avons pu à cette occasion lui montrer l’intérêt de ce site du point de vue ornithologique.

Benjamin Fougère, spécialiste de la faune de l’association ADIV-Environnement montrant à Mme Wargon les oiseaux présents sur l’étang de la Grosse Pierre.

L’enquête publique sur le permis d’aménager du projet se déroulera au cours de l’année 2020. Afin d’empêcher la construction de cet ensemble urbain au milieu de la Base de Loisirs, France Nature Environnement Yvelines, ADIV-Environnement et la LPO ont fait un recours gracieux contre la décision d’adoption du PLUi auprès du président de la communauté de commune GPSEO. Par la suite, ADIV-Environnement et la LPO envisagent un recours contentieux contre cette décision.

Le combat sera rude contre la société Bouygues Immobilier car l’enjeu financier est important et le président de la communauté de communes a tout fait pour faire avancer ce projet avant la fin de son mandat mais nous considérons que les étangs de la Base de Loisirs doivent rester un lieu destiné à l’ensemble de la population et qui puisse servir de refuge aux oiseaux hivernants.

En en-tête d’article, vue du projet de marina extraite du document de concertation UrbanEra

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *